Comprendre les bases de la photographie : vitesse – ouverture – ISO

Les bases de la photographie

Les bases de la photographie

 

Une des qualités fondamentales pour être un bon photographe de voyage, c’est d’avoir l’oeil. Et avoir l’oeil, c’est encore plus facile quand on comprend les bases de la photo. Avec un peu d’entraînement, on repère de plus en plus aisément les scènes qui ont du potentiel. Pour bien débuter, voici donc un rappel des bases de la photographie.

Les différents modes

Vous avez déjà remarqué cette molette au dessus de votre appareil, avec des lettres et des petits dessins ? Elle vous permet de choisir votre mode d’exposition. On l’utilise peu quand on débute, mais c’est une fonction à connaître absolument si on veut commencer à progresser en photo. Voici les modes principaux. Si leur description vous semble être du chinois, pas de panique, je vous explique tout dans la suite de l’article.

Mode Auto

C’est le mode qui permet de ne se soucier de rien. Tout ce qu’il faut faire, c’est cadrer, et appuyer sur le déclencheur. Facile ! Mais pour progresser, il faut sortir un peu de sa zone de confort. Allez hop !

Mode P

Le mode Programme laisse l’appareil faire les réglages d’ouverture et de vitesse. Mais la bonne nouvelle, c’est que le photographe a également son mot à dire. Envie d’une plus grande profondeur de champ ? Il suffit d’un coup de molette et l’appareil adapte la vitesse en fonction de l’ouverture que vous avez indiquée. C’est le mode parfait pour commencer à comprendre le fonctionnement de la photo.

Mode A

Le mode Apperture (priorité ouveture) permet de régler l’ouverture manuellement. Ainsi, vous pouvez déterminer la profondeur de champ et la lumière qui entre, l’appareil se charge d’adapter la vitesse en fonction de l’ouverture que vous avez choisie.

Mode S

Le mode Speed (priorité vitesse) est le pendant du mode A, à la différence que c’est la vitesse d’obturation qu’il permet de régler manuellement. L’appareil se charge d’adapter l’ouverture afin que la photo soit bien exposée.

Mode M

Avec le mode manuel, c’est le photographe qui se charge de faire tous les réglages. Cela demande un peu d’expérience, mais c’est vraiment idéal quand on veut contrôler totalement ce que l’on fait. C’est le mode que j’utilise en permanence. Avec un appareil hybride, c’est d’autant plus facile que le Live View permet de voir l’impact des réglages que l’ont fait instantanément sur son écran. Il est donc très facile de voir si la photo est sur-exposée ou sous-exposée.

 

Qu’est-ce que l’ouverture ?Les bases de la photographie

L’ouverture du diaphragme se règle grâce à une molette (avant ou arrière selon votre appareil) située à droite de l’appareil. Sur les vieux objectifs argentiques, le réglage se fait directement sur l’objectif. Cela permet de passer de f1.8 à f22 par exemple.

Petite ouverture

L’image ci-dessus représente un diaphragme. Quand on parle de petite ouverture, on parle de l’ouverture du diaphragme. Une petite ouverture, c’est donc un diaphragme peu ouvert qui laisse passer peu de lumière. Jusque là, tout va bien. Le seul hic, c’est que l’ouverture se caractérise par un chiffre allant de 1.2 à 22. Et, contre toute attente, c’est le f22 qui correspond à la petite ouverture. f1.2 est donc…. une grand ouverture ! Eh oui,  ça prête un peu à confusion, mais on prend vite le pli.

En plus de la lumière, l’ouverture a une incidence sur la profondeur de champ. La profondeur de champ, c’est ce qui fait que votre arrière plan est flou ou net. Avec une petite ouverture, on a une grande profondeur de champ. C’est idéal pour que tous les plans de la photo soient bien nets.

Ici, tous les plans de la photos sont nets. Il y a une grande profondeur de champ. Dans ce cas-ci j’ai utilisé une ouverture de f12.

 

Grande ouverture

Plus le chiffre placé après le f. est petit, plus l’ouverture est grande. Le diaphragme, grand ouvert, laisse passer beaucoup de lumière et la profondeur de champ diminue. Résultat, l’arrière plan est flou et le sujet est bien mis en valeur.

Ici, l’arrière plan est totalement flou. Il y a donc peu de profondeur de champ. Pour obtenir cet effet, il faut utiliser une ouverture comme f2.8.

Exercice

En extérieur, choisissez un sujet (objet ou personne) et placez vous en mode M. Prenez plusieurs photos en ajustant l’ouverture. Commencez par une grande ouverture type f2.8, f3.5. Passez progressivement à une ouverture plus petite. Vous constaterez que non seulement votre photo est devenue de plus en plus sombre, mais en plus que votre profondeur de champ a augmenté.

Petite ouverture (f.22) = peu de lumière + grande profondeur de champ (tout est net)

Grande ouverture (f2.8) = beaucoup de lumière + faible profondeur de champ (arrière-plan flou)

Qu’est-ce que la vitesse d’obturation ?

La vitesse d’obturation est essentielle pour éviter les photos floues. Pour faire simple, votre appareil peut prendre une photo plus ou moins rapidement grâce au temps de pose. Vous imaginez bien qu’une photo pour laquelle l’appareil a posé 30 secondes ne ressemblera pas à une photo pour laquelle il a pris 1/250 de seconde.

Un court temps de pose permet de figer le mouvement. C’est un idéal pour prendre une voiture qui passe, un sportif… Seulement, un court temps de pose ne laisse pas beaucoup de temps à la lumière pour entrer.

Au contraire, un long temps de pose permet de laisser passer beaucoup de lumière mais, si la personne est en mouvement, la photo sera floue. Cela augmente également le risque de flou de bougé. Prenez une photo avec une temps de pose de plusieurs secondes à main levée, et vous constaterez qu’elle sera floue. Il faut dans ce cas utiliser un trépied.

Pour cette photo, j’ai utilisé un temps de pose de plusieurs dizaines de secondes afin de capter les trainées lumineuses des phares des voitures.

Exercice

En extérieur, placez vous devant une route pour photographier les voitures qui passent. Mettez vous en mode M et prenez plusieurs photos en ajustant la vitesse. Commencez par une vitesse rapide comme 1/600 et allez progressivement vers des temps de pose plus longs comme 1/15. Vous constaterez que votre photo est de plus en plus lumineuse, mais également que le sujet en mouvement est de plus en plus flou.

Court temps de pose (1/800e s) = peu de lumière + sujet en mouvement figé
Long temps de pose (1/50e s) = beaucoup de lumière + sujet en mouvement flou

Qu’est-ce que la sensibilité ISO ?

En plus de ces deux fonctions qui ont une influence sur la lumière, il en existe une troisième : la sensibilité ISO. Cela correspond à la sensibilité du capteur à la lumière. Le réglage des ISO permet d’augmenter ou diminuer cette sensibilité.Plus le chiffre est grand, plus le capteur est sensible et absorbe de la lumière. Sans même changer les réglages d’ouverture ou de vitesse, la photo peut donc être plus lumineuse.

Pourquoi s’embêter avec la vitesse et l’ouverture pour avoir de la lumière alors ?! Eh bien tout simplement parce que la montée en ISO entraîne l’apparition de « bruit ». Vous avez déjà vu des photos qui semblaient être un peu granuleuses ? Eh bien c’est probablement à cause des ISO. De nos jours, les boitiers pro permettent de monter de plus en plus haut en ISO sans que cela se voit trop, mais ce n’est  pas le cas de tous. Mon Sony A 7II peut monter jusqu’à 6400 ISO sans que le bruit se ressente trop, mais je ne monte jamais au-delà. Essayez donc de monter les ISO en derniers recours, s’il n’y a vraiment pas assez de lumière, afin d’éviter ce phénomène.

Bases de la photographie

En bas à droite, une image prise en ISO faibles (50). Plus on monte en ISO, plus la photo devient granuleuse. C’est ce que l’on appelle le bruit.

Exercice

En intérieur, placez votre appareil en mode M et ISO manuels. Prenez plusieurs photos en commençant par des ISO faibles comme 50 et augmentez progressivement. Vous constatez que votre photo devient de plus en plus lumineuses mais également que de bruit commence à apparaître (il sera plus visible si vous zoomez sur l’image).

 

ISO faibles (50) = peu de luminosité + peu de bruit
ISO élevés (12 000) = plus de luminosité + beaucoup de bruit

Le triangle d’exposition

Si vous avez bien suivi, chacun de ces trois réglages a une incidence sur la luminosité de votre photo. On ne peut donc pas faire un réglage sans se préoccuper des autres. Les trois vont toujours ensemble. Si vous passez à un très faible temps de pose, il vous faudra ouvrir votre diaphragme ou monter en ISO pour pallier le manque de lumière.

Voici un schéma qui résume bien ces notions.

Comprendre les bases de la photograophie

Maintenant que vous avez compris les bases, il faut vous entraîner ! C’est le seul moyen de retenir et d’intégrer tout ceci. Vous pouvez commencer en faisant des balades thématiques. Par exemple :

  • Jour 1 : testez la profondeur de champ. Pour cela, mettez votre appareil en mode A, choisissez vos sujets et observez le résultat de vos différents réglages. Regardez comment l’appareil adapte la vitesse d’obturation en fonction de votre réglage. Repérez à partir de quand la photo risque de devenir floue. Que se passe-t-il quand vous faites la mise au point à côté de votre sujet ?
  • Jour 2 : testez la vitesse d’obturation. En mode S, modifiez peu à peu la vitesse et observez l’impact sur vos photos de sujets en mouvement. Repérez comment l’appareil adapte l’ouverture en fonction de votre réglage… Bref, shootez, observez et amusez-vous !

La photo aura toujours quelque chose de nouveau à nous apprendre, alors faites-vous plaisir !

Les bases de la photographiePour aller plus loin

Je vous conseille ce livre de Jérôme Geoffroy : « Maîtrisez l’exposition en photographie ». Il est extrêmement bien fait et c’est grâce à lui que j’ai réussi à comprendre et intégrer les bases. Je n’en connais pas de meilleur !

Acheter sur Amazon

 


Ne manquez plus aucune nouveauté, abonnez-vous à la newsletter !

 

Articles sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *